VIDEO. Rodéos urbains : la guerre du bitume

M

Qu’est-ce que la loi moto ?

Dans son article du 20 avril, La Presse décrypte les enjeux liés à la loi Motocycle, qui sera examinée à nouveau en juin. La loi Motocycle, adoptée en mars dernier, autorise le bitume sur les routes urbaines. Les rues de Montréal et de Toronto ont été les premières pour être bitumées, et Québec se montre réticent.

Selon la Presse, la guerre du bitume oppose les travailleurs qui nettoient les rues quotidiennement aux automobilistes qui redoutent des nuisances sonores et visuelles. Le ministère de l’Environnement estime que le bitume limitera la formation de nuages noirs causés par les voitures et aidera à réduire les rejets de gaz à effet de serre.

Mais certains opposants font valoir que le bitume est une matière connue pour être corrosive et qu’il rendrait les rues impraticables. Autant de arguments qui semblent avoir eu raison du ministère qui a annoncé vendredi qu’il allait revenir sur

Comment éviter les accidents lorsque vous roulez à moto

La loi Moto prévoit des règles plus strictes en matière de rodéo urbain.

Premier constat, les rodéos urbains continuent à prendre de l’ampleur. Il y a quelques semaines, une guerre a éclaté entre deux gangs dans le centre-ville de Montréal. Ces rodéos urbains qui étaient jusque-là réglementés ont été complètement changés par la loi Moto, adoptée en avril dernier. Les policiers et les gendarmes ont dû intervenir pour mettre un terme à cette bagarre.

Les nouvelles règles ont déjà été appliquées aux rodéos organisés sur les routes nationales. Ainsi, tous les véhicules devront être munis du permis BAC ou du certificat de conformité Euro 5. Ils ne pourront pas être utilisés pour transporter plus de trois personnes et ils ne pourront pas faire usage de bitume. Ces règles sont particulièrement importantes afin que les rodéos urbains restent une attraction touristique plutôt qu

Quelle compagnie choisir pour vos rodéos urbains ?

La loi moto est entrée en vigueur le 1er octobre dernier. Les rodéos urbains ont été dénoncés comme une menace pour la santé des cyclistes, notamment dans les grandes villes. L’Association française des vélos en libre-service (AFVL) a lancé un appel à la mobilisation contre ces manifestations bruyantes qui nuisent aux conditions de circulation et aux performances des cyclistes.

Les rodéos urbains dénotent une forme de guerre du bitume. Ces événements bruyants attisent le besoin de vitesse chez les automobilistes et fragilisent les cyclistes, qui ne disposent pas de moyens physiques et psychologiques adaptés à ce type de combat. Ils engendrent également des travaux publicitaires sans réelle utilité pour les usagers : lorsque les rodéos passent au-dessus d’un immeuble, cela fait apparaître le logo du sponsor sur les façades !

Que faire si le propriétaire n’a rien dit sur sa motocyclette ?

L’État choisit son camp

Le gouvernement a décidé de soutenir les rodéos urbains. Une loi moto est en préparation pour autoriser ces manifestations qui étaient interdites jusqu’à présent. La nature a été sauvée ! Après avoir essuyé des critiques fortes, le gouvernement a finalement décidé de prendre en compte les inquiétudes des citoyens et de sanctionner les rodéos qui nuisent à la santé publique. Le bitume représente un réel danger pour la population et les animaux. Ces derniers ne disposent pas d’un système immunitaire adapté aux effets du bitume.

Comment épargner de l’argent et être sauvé des accidents

Les rodéos urbains sont de plus en plus nombreux et font rage sur les routes du Québec. Ces évènements ont pour but de récupérer des fonds pour les causes caritatives et de divertir les spectateurs. Nous avons eu l’occasion de rencontrer l’un d’eux, le rodéo “L’envolée des papillons”.

Comment s

La loi Moto a été votée en juin dernier et entrera en vigueur en septembre. Elle va modifier radicalement les règles du jeu pour les automobilistes qui rouleront sur les routes. Voici quelques points importants à retenir : Les voitures devront être équipées de vitesses limites supérieures à 50 km/h sur tout le territoire national, sauf si elles sont munies de plaques indiquant une vitesse inférieure ou égale à 50 km/h.

Les conducteurs risquent ainsi de devoir payer des amendes plus importantes que jusque-là, voire annuler des déplacements. Les rodésos urbains auront donc un prix fort à payer.

En outre, la loi prévoit l’interdiction des rodésos sur les axes périphériques et des passages au feu rouge sans raison valable. Ces derniers devront donc être justifiés par une vidéo produite par un caméra de surveillance ou une caméra fixe placée dans le virage auquel se rend le rodéo.

La guerre du bitume continue entre les propriétaires de motos et les automobilistes qui veulent circuler sur les routes. Ces derniers reprochent aux premiers d’utiliser leur moto pour se déplacer en ville, alors qu’ils auraient pu choisir une voiture plus appropriée. Les rodéos urbains ont aussi été accusés de nuire au climat, à la qualité des sols et aux espaces verts. Que doit faire l’autorité gouvernementale?


    Laisser un commentaire
    Your email address will not be published. Required fields are marked *