Faut-il interdire ou encadrer les courses-poursuites par la police? La Ligue des droits humains réclame un débat

M

Les victimes de conduite dangereuse sont fortement dégradées au cours des dernières années. Pour régler les problèmes financiers, la Ligue des droits humains réclame une loi sur la course-poursuites et demande une directive européenne en ce sens.

L’avènement de la loi moto

La Ligue des droits humains demande un débat sur la loi moto, qui pourrait entraîner une limitation des courses-poursuites par la police. Le groupe estime que les policiers ont besoin de plus de législation en matière de ramassage de véhicules pour prendre les délinquants à temps. La Ligue estime également qu’il est important que les automobilistes soient informés des possibilités offers par cette loi afin qu’ils puissent choisir librement si elles font partie de leurs préoccupations.

Les avantages et les inconvénients de l’application de la loi moto

La loi moto est entrée en vigueur le 1er juillet 2011. Elle est basée sur le principe selon lequel les policiers ont le droit de poursuivre les automobilistes s’ils font une course-poursuite sans justification valable. La Ligue des droits humains (LDH) a déposé une plainte auprès du procureur général pour demander à ce qu’un débat soit organisé afin d’examiner les conséquences de cette nouvelle loi sur la liberté des personnes.

La question se pose : faut-il interdire ou encadrer les courses-poursuites?

La Ligue des droits humains demande un débat sur la loi moto. Elle estime que les courses-poursuites par la police sont inhumaines et entraînent des séquelles psychologiques graves. Selon elle, cette loi doit être modifiée pour permettre un contrôle plus strict des conducteurs qui pourraient être en possession de la licence afin qu’ils ne commettent pas d’autres infractions.

Pourquoi il est important d’intervenir sur ce type d’activité?

La Ligue des droits humains (Ldh) a demandé à la France d’organiser un débat public sur les courses-poursuites par la police. Ce type de comportement est contraire aux droits fondamentaux des citoyens et doit donc être exclusifment encadré, selon cette organisation. Selon elle, les policiers ne doivent pas pouvoir utiliser la force excessive ou leur arme pour arrêter une personne qui coupe la route à un véhicule et tente de fuir.

Quelles solutions pourrait prendre la France en tant que pays

La Ligue des droits humains (LDH) a demandé jeudi à la ministre de l’Intérieur, la justice et le secrétaire d’État chargé de la sécurité sociale de débattre du projet de loi moto, qui prévoit notamment l’interdiction des courses-poursuites par les forces de l’ordre. Une LDH représentée par Michel Tubiana auprès du directeur général de la police nationale, Jean-Michel Blanquer, a estimé que les policiers “sont enfermés dans un système juridique qui ne concerne pas les dangers sanitaires” qu’ils courront en cas de chasse à l’homme.

La Ligue des droits humains demande la mise en place de lois qui encadrent les courses-poursuites policières afin d’éviter les abus et les violences commises par les forces de l’ordre. Selon la LDH, l’interdiction totale ou partielle des courses-poursuites est la meilleure solution pour assurer le respect de la vie privée et protéger les innocents. La LDH demande également à Ottawa de mettre en place un registre national des policiers qui ont participé aux courses-poursuites illicites.


    Laisser un commentaire
    Your email address will not be published. Required fields are marked *